C’est toi, c’est moi, c’est nous…

Actualités culturelles

Invitation au vernissage Lundeen, Myers et Lafortune

  • Imprimer
  • Envoyer par courrier

12 mars 2019


Patrick Lundeen, Beer Dog, 2018

© Patrick Lundeen, Beer Dog, 2018

14.03.19 DE 5 À 9
INVITATION VERNISSAGE
Patrick Lundeen, Mélanie Myers et Violaine Lafortune
__
EXPOSITION 14.03-14.04.19


PATRICK LUNDEEN [Kelowna, BC]
La grange à vacarme

Empreintes de liberté, les œuvres de Patrick Lundeen révèlent un caractère à la fois humoristique et abrasif. Tel un jeu d’association, son travail regroupe les matériaux trouvés et joue avec leurs symboliques. Les sculptures de La grange à vacarme sont des dispositifs sonores ludiques qui encouragent l'interaction et la participation du spectateur. Il s'agit d’objets ou d’instruments pouvant être activés à l'aide de mécanismes électrifiés – une guitare amplifiée par une boîte de chips, une oie bruyante ou un poulet qui frappe une cymbale.

MÉLANIE MYERS [Hull, QC]
Ce qui touche au sol III

Le travail de Mélanie Myers s’inscrit dans la tradition du paysage et questionne l’aménagement urbain. Ses installations explorent l’architecture municipal et les stratégies du parcours. Ce qui touche au sol III est composée de grands dessins réalisés au crayon de bois dans lesquels cohabitent des éléments organiques et architectoniques – des endroits ordonnés ou déréglés. L’installation de Myers suggère l’idée d’organisation et de standardisation de l’espace privé et public et propose, sous forme d’aménagement incitatif et immersif, des bribes de paysages urbanisés.

VIOLAINE LAFORTUNE [Rouyn-Noranda, QC]
Perdre la carte

Violaine Lafortune s’intéresse aux procédés qui façonnent le paysage, réel ou psychique, et à leur représentation cartographique. Plutôt minimaliste, son travail témoigne d’une préoccupation pour l’ingéniosité de la nature. L’œuvre présentée dans l’exposition Perdre la carte est le fruit d’une performance longue durée réalisée lors du vernissage. Elle dessine directement sur les murs en utilisant le fusain et une gestuelle reposant sur la répétition de points, de lignes et de masses. Perdre la carte fait suite à une résidence de création réalisée à l’automne 2018 à Brighton, au Royaume-Uni.

Site Web

Télécharger le communiqué

Source

Matthieu Dumont

L'ÉCART

matthieu.dumont@lecart.org


8197978738

Retour


Nouvelle précédente Nouvelle suivante
Tourisme Abitibi-Témiscamingue Conseil de la Culture de lAbitibi-Témiscamingue RNC Média
Conférence régionale des élus de l'Abitibi-Témiscamingue Tourisme Québec et Ministère de la Culture et des Communications